mardi 28 décembre 2010

Heureuse Année à vous tous qui visitez Ciel bleu de Castille.

Photo Alba
Fin d´année 2010, un petit verre de Sauternes, de Champagne, de ...., une tranche de foie-gras, un peu de Jamón ibérico de bellota (de glands) accompagné par un vin de Xérès (Jerez) Fino naturellement ou un simple bon pain grillé avec rillettes d´oie... des petits cadeaux crées par mon amie belge Titane de Vos : http://www.titane-faitmain.com/ qu´elle réalise avec de très beaux papiers italiens, se faire cirer ses chaussures, tradition espagnole qui se perd, un air d´opéra...

Bonheurs. Bonheurs. Bonheurs petits et grands. Santé...

Photo Alba


Photo Alba


Photo Alba



Photo Alba



Photo Alba







dimanche 26 décembre 2010

Lumières de Madrid. Instants...

Photo Alba

N´oublions pas ce livre-clé que nos mères avaient toujours à portée de main, que j´ai moi aussi et que nos filles doivent avoir et qui nous résout bien des questions.
Je dis bien, c´est un livre-base, pas de sophistications, tout simplement les Bases, une des choses les plus importantes en cuisine, avant de se lancer dans une cuisine compliquée.

Photo Alba


Photo Alba


Photo Alba


Photo Alba


Photo Alba





mardi 21 décembre 2010

Les trois regards de Rubens.

Rubens. La Sainte Famille avec Sainte Anne. 1626-1630
Museo del Prado. Madrid

J´appelle ce tableau de Rubens "Les trois regards" : le regard scintillant, émerveillé d´une mère, le regard attendrissant d´une grand-mère et le regard de l´enfant dans son monde, à lui.
Ce tableau est vraiment merveilleux.
Posted by Picasa

lundi 20 décembre 2010

Rembrandt (1606-1669)

Rembrandt Harmensz van Rijn
Portrait d´un homme taillant une plume (détail). 1632

Je vous souhaite à tous celles et ceux qui passaient sur Ciel bleu de Castille de Bonnes Fêtes.

Comme Rembrandt, préparons notre plume pour 2011.

Les petits chanteurs d´Aix en Provence nous chantent "Mon beau sapin".

Posted by Picasa

vendredi 17 décembre 2010

Réouverture du Teatro Coliseo Carlos III del Escorial

Source Comunidad de Madrid.

Ce charmant petit Teatro du XVIII ème siècle vient de rouvrir ses portes (après une réforme qui dura plusieurs années), à mon grand plaisir avec un programme musical qui m´enchante, Boccherini et Domenico Scarlatti qui vécurent tant d´années en Castille où ils composèrent la majeure partie de leur oeuvre.

Photo Alba


Photo Alba


Photo Alba.
Ciel bleu de Castille et oui, un petit café après le concert.


Photo Alba
"Par ici, nous indique Carlos III."

Photo Alba
Un petit air XVIII ème.
Photo Alba.
Une promenade dans l´Escorial, après le concert.
Musique de ce billet : Sonate K 32 de Domenico Scarlatti.







mercredi 15 décembre 2010

Piero della Francesca. Gallimard

Je viens de découvrir et acheter ce livre en français, à la librairie du Museo del Prado. Piero della Francesca d´Arezzo à San Sepolcro. Neville Rowley. Gallimard.

Je connaissais Piero della Francesca mais malheureusement je n´ai jamais visité la Basilica di San Franceco à Arrezo.
Ce livre me l´a fait découvrir dans une autre dimension avec une nouvelle présentation, "formule qui change la façon de lire ! Ouvrir... déplier...découvrir !" commente Gallimard.

Henri Focillon. 1934-1935
"Il y a (en Piero della Francesca) quelque chose d´irréductible (...), une dramaturgie qui va se résoudre, dans les ombres, dans la lumière : la paix dans l´espace intelligible."

Naturellement, je suis émerveillée.
Un petit cadeau à offrir.
Je vous ai scanné quelques pages de ce livre.

J´espère que ces images vous séduiront...
Pour agrandir ces images, cliquez sur chaque photo.


L´Annonciation.


La mort d´Adam.



Salomon et la reine de Saba.
Extrait :
Les visages des femmes du cortège de la reine de Saba sont d´une symétrie presque dérangeante. Aucune expression ne filtre de ces regards vides, de ces traits rigoureux et de ces bouches closes. Pour Piero, tout est prétexte à la représentation de la forme pure, non du sentiment. Ainsi de ces coiffes, typiques de la mode de l´époque qui sont interprétées comme un jeu de perspective, de même que ce cheval blanc (à droite), dont la vue en racourci n´a d´autre but que de souligner la virtuosité du peintre.

Fragment Polyptyque de la Miséricorde. Museo Civico. Sansepolcro. (Arezzo)





lundi 13 décembre 2010

dimanche 12 décembre 2010

En réponse à vos derniers commentaires Exposition Rubens Museo del Prado. Madrid

Rubens Pierre Paul par van Dyck


Oui, Françoise comme tu le soulignes : "On a toujours le sentiment que l´herbe est plus verte ailleurs ".
Je ne pense pas que nous avons plus d´expositions ici, à Madrid qu´à Paris.

Il est vrai que le Museo del Prado avec un fonds de 7600 pièces qui figurent à son inventaire, n´en expose dans ses salles que 1000, mais les signatures de ses oeuvres sont des plus prestigieuses.

Il me semble que le Museo del Prado, le Musée du Louvre (Paris) et le Musée de l´Hermitage à Saint-Pétersbourg possèdent les plus grandes collections de peinture de ce monde.

Je voulais souligner que le marketting du Museo del Prado a été tant d´années bien "muet".
Mais depuis, la direction s´est réveillée et nous offre de très belles et si intéressantes expositions.
Il faut noter aussi les transformations et agrandissement du Museo qui ont permis d´exposer un plus grand nombre de toiles stockées.

Cette Exposition de Rubens qui a un grand succès, a permis une approche près du public, grâce à la présentaion des 90 tableaux appartenant aux collections royales espagnoles.
Ce qui vraiment nous donne une large possibilité d´admirer son travail, son évolution, ses influences.

C´est un peintre génial.
Toute la flamme du Baroque flamand dans ses pinceaux.

Source Museo del Prado
"Une beauté d´une intensité et d´un dramatisme vibrant."

"Pour Rubens, le désir est le moteur de la vie, il régénère continuellement l´univers."

jeudi 9 décembre 2010

Passion... Passion pour Rubens. Museo del Prado. Madrid jusqu´au 23 janvier 2011.

Elégante coiffure d´une des Trois Grâces de Rubens Pierre Paul (1630-1635) et l´imposant, séduisant cheval du tableau Portrait équestre du Duc de Lerma (1607) de Rubens aussi.

Exposition donc de Rubens au Museo del Prado comportant 91 tableaux, tous appartenant à la Collection royale espagnole.



Rubens Pierre Paul. Saint-Thomas. 1610-1612

Je vous laisse l´admirer...

mardi 7 décembre 2010

Vie d´une Benoîte...


Photos Alba et cartes postales.

En découvrant cette benoîterie (photo ci-dessus) à Arbonne (pays basque), petite maison où habitait la "Benoîte", j´ai fait des recherches que je vous communique dans ce billet.

Source Article Sud-Ouest, Wikipedia.


Posted by PicasaDans un de ces villages du Pays basque vient de disparaître une des dernières "Benoîte".
La Benoîte est le plus souvent une jeune fille, de plus de 30 ans, ou une veuve, très rarement une femme mariée.
Elle s´engage par contrat à servir l´Eglise pour le reste de sa vie, moyennant un logement la benoîterie attenant à l´église, des redevances (blé, maïs, pain) et des rétributions lors des cérémonies religieuses (baptêmes, mariages, enterrements).
Elle a la tête et les épaules recouvertes d´un capulet (sorte de chapeau de femme en capuchon en usage dans les Pyrénées) et à sa taille pend un chapelet.
On lui demande des prières, elle distribue le pain bénit.
Elle était chargée de l´entretien, renouvelant les fleurs et allumant les cierges, elle secondait le curé, chargé de trop de paroisses.
Son principal rôle était de sonner les cloches, l´angélus à l´aube, à midi et au coucher du soleil, trois coups de cloches pour la trinité, trente trois coups pour la vie du Christ et un coup final pour l´agonie.
Elle avait fait installer une corde près de son lit dans certaines églises, pour l´angélus du matin.
Elle sonnait le glas pour les morts et aussi la "repiqua" dans son rythme rapide pour éloigner les orages.
Ce personnage important servait aussi de confidente et de conseillère aux jeunes filles, parfois, elle assistait les femmes en couches.
Pour éloigner la grêle, elle brûlait des rameaux bénis.

Pause... Parc El Retiro. Madrid

Photo Alba
Quand je sors du Museo del Prado, souvent je traverse ce Parc du Retiro, situé en plein Madrid et couvre une superficie de 118 hectares.
Le Palacio de Cristal crée en 1887 pour l´exposition des Iles Philipines par l´architecte Ricardo Velazquez Bosco s´inspira du Crystal Palace de Joseph Paxton édifié à Hyde Park . London. pour l´exposition universelle de Londres en 1851 (photo colonne de droite).

samedi 4 décembre 2010

Dürer Albreich... Museo del Prado. Madrid. 2 ème... Commentaires de la restauratrice et anecdotes d´Auguste Rodin, Goethe.

Dürer Albrecht.

Passionnante, en effet cette édition spéciale "Le Prado parle".

Pour la restauration des tableaux Adam et Eve de Dürer (voir billet antérieur, images des tableaux), le Museo del Prado et la Fondation Getty de Los Angeles ont travaillé en collaboration avec des techniques très sophistiquées.

L´ébéniste et la restauratrice nous ont expliqué les dommages que ces tableaux avaient soufferts, leur travail et aussi nous ont fait part de l´admiration qu´ils éprouvaient pour Albrecht Dürer, ce maître de la Renaissance allemande, utilisant des pigments d´une qualité suprême (par exemple, ce noir en fond de tableau qui donne tant de relief aux personnages, la couleur nacrée du corps d´Eve dûe à plusieurs couches de peinture alors que celle du corps d´Adam n´en possède qu´une couche...

Source Wikipédia. Albrecht Dürer, peintre allemand, graveur, mathématicien, illustre portraitiste (1471-1528), d´origine hongroise par son père, qui était orfèvre.
En 1512, il reçut une pension de l´empereur Maximilien de Hasbourg, avec titres de noblesse et devint peintre de la cour. A la mort de l´empereur Maximilien, il obtiendra une pension du nouvel empereur Charles Quint qui était aussi roi d´Espagne, Charles 1 er d´Espagne.

Voilà pourquoi ces tableaux sont propriété du Museo del Prado.


Source Wikipédia.Auguste Rodin commentait en 1912.
"Albrecht Dürer dit-on parfois a une couleur dure et sèche. Non point. Mais c´est un allemand, c´est un généralisateur : ses compositions sont précises comme des instructions logiques ; ses personnages sont solides comme des types essentiels. Voilà pourquoi son dessin est si appuyé et sa couleur si volontaire (...). En général, on peut dire que chez les artistes très réfléchis comme ceux-là (Holbein, Dürer) le dessin est particulièrement serré et la couleur d´une rigueur qui s´impose comme la vérité des mathématiques."

Johann Wolfgang von Goethe, en 1776.
"Ne rien sous estimer, ne rien tourner en ridicule, ne rien embellir, ne rien enlaidir, que le monde soit pour toi comme l´a vu Albrecht Dürer avec sa vitalité et sa virilité, sa force intérieure, sa fermeté."
Et en 1786, il commentait aussi :
"Ah, si la chance avait poussé Dürer un peu plus loin en Italie ! A Munich, j´ai vu quelques pièces éminentes de lui. Le pauvre homme comme il s´est fourvoyé à Venise en passant un contrat avec les curés, perdant ainsi des semaines et des mois. Comme en Pays-bas où il croit saisir sa chance en échangeant des oeuvres d´art merveilleuses contre des perroquets et où, pour s´épargner un pourboire, il fait le portrait des domestiques qui lui apportent une coupe de fruits. Un pauvre artiste comme lui me touche profondément, car au fond, c´est aussi mon destin sauf que je sais un peu mieux me venir en aide."

Dürer Albrecht. Young hare. 1502
Le monogramme de sa signature est parfaitement visible sur ce tableau.

Dürer Albrecht.


Dürer Albrecht. Autoportrait. 1500
Museo del Prado. Madrid.







jeudi 2 décembre 2010

Museo del Prado. Madrid. Adam et Eve d´Albrecht Dürer... 1 ère...



Albrecht Dürer. Adam et Eve. 1507.
Museo del Prado. Madrid

... Après 2 ans de restauration, Adam et Eve seront exposés et bénéfieront d´une installation spéciale pendant 4 mois qui permettra apprécier et connaître en détail son intervention.

Visite commentée demain, j´y serai.
Postérieurement, je publierai un billet pour vous donner quelques détails sur l´intervention de la restauratrice...



Albrecht Dürer. Autoportrait.
Museo del Prado. Madrid

Albrecht Dürer (1471-1528), maître le plus célèbre de la Renaissance allemande pour ses peintures, dessins, gravures...

mercredi 1 décembre 2010

Un peu de piment d´Espelette dans la sauce pour nous réchauffer un peu

Photo Alba

Je suis allée visiter cet automne passé les champs de piment d´Espelette, qui sont étendus au pays basque près de la chaîne de montagne, bénéficiant d´un climat qui lui convient grâce à ce cher Gulf Stream, naturellement.
Les graines de ce piment furent ramenées au pays par les basques émigrés en Amérique du sud.
Comme vous voyez, il se plaît dans ce pays, il a même obtenu une AOC.

Je dois vous dire que c´est un beau spectacle en cette époque de récolte.
J´en ai profité pour visiter les installations accompagnée d´une charmante jeune fille.
J´ai fait mes provisions de piment d´Espelette, bien sûr pour moi et mes enfants car celui qui me restait, avait bien peu de parfum.
Il était temps de le remplacer.
Je vous assure qu´il apporte à vos plats une touche incomparable, sans vraiment piquer, tout en saveurs.
Essayez-le sur vos oeufs sur le plat, vous m´en direz des nouvelles...

Accompagné ce billet d´un choeur de chants basques : Oldarra interprétant le fameux Boga Boga que j´ai écouté de nombreuses fois dans les églises du pays basque.


Photo Alba

Photo Alba


Photo Alba




Photo Alba


Photo Alba