lundi 4 juin 2012

Phéniciens, Romains, Arabes, Chrétiens habitèrent Málaga: Andalucia mais aussi Richard Ford, Ernest Hémingway, Gerald Brenan, Virginia Woolf, Cyrill Conolly, Gala Dalí, Jean Cocteau dont je vous parlerai dans ces prochains billets.


 Revue Litoral



 Photo Internet. Licence libre.

Propriété La Consula (Málaga) qui appartenait à Bill Davis où il réunissait ses amis dans les années 50 ; Ernest Hémingway, Gerald Brenan (à droite sur la photo ci-dessous) et tant d´autres... début XXème siècle.
Cette propriété est aujourd´hui Ecole hôtelière de Málaga.

Depuis le XIX ème siècle, l´Andalousie attire grand nombre d´artistes, écrivains, journalistes, architectes séduits par son climat, sa lumière, ses paysages, ses habitants, "su alegría de vivir" leur joie de vivre qui se communique.



Photo revue Litoral.
Ernest Hémingway trouvait l´inspiration dans ce pays. 
Durant son séjour à la propriété "La Consula", il écrivit des articles pour la revue "Life",  termina le livre "el verano peligroso", l´été dangereux en 1959.

 Photo revue Litoral.
L´importance de s´appeler Ernest.




Photo Internet
On reconnaît l´ombre du grand Ernest Hémingway.
Gerald Brenan écrivait dans son autobiographie p 757 :
"Je ne l´ai rencontré que quelques fois chez des amis communs. J´ajouterai que ; Hémingway ayant un rein très malade, ne s´asseyait que pour manger mais il avait une vitalité.
On n´avait pas besoin de lire ses livres pour se rendre compte que c´était un grand homme. "



Photo Internet.
Gerald Brenan.

Après mon voyage en Andalousie,  aux vacances dernières, je me mis à la recherche de livres sur l´Andalousie.
J´ai donc lu "Au sud de Granada" de Gerald Brenan.
Il y fait une étude antropologique et culturelle excellente.
Pas du tout ennuyeux à lire.
Son livre reflète la vie en Andalousie à cette époque, la vie dans un village de las Alpujarras (région au sud de Granada) début XX ème siècle, après la 1 ère guerre mondiale, ses traditions, son folklore, ses fêtes, ses personnages, ses querelles, ses problèmes amoureux.
Ce livre est une symbiose d´archéologie, histoire, ethnologie et anthropologie.
Il s´installa dans las Alpujarras pour fuir la vie de la classe moyenne anglaise.
Il notait :
"Je me suis échappé de l´Angleterre encore victorienne, pétrifiée de convencionalismes rigides."
Il aima la quiétude des montagnes, les étoiles, l´air pur de Sierra Nevada, y découvrira la spontanéité de la vie.
Il y a quelques années, un film sur sa vie est sorti : Au sud  de Granada.
Il a écrit une cinquantaine de livres.
En fin de vie à Londres ayant peu de ressources économiques, il fut rapatrié en Andalousie, invité par les autorités andalouses à finir ses jours dans ce pays qu´il a si bien décrit et aimé.
Il est enterré au cimetière anglais de Málaga.
Une fondation Gerald Brenan a été crée.






Photo Internet. Licence libre.
Théâtre romain à Málaga.



Statue romaine trouvée à Churriana (Málaga).



Photo Internet.
Fleur du jardin de la propriété "la Consula" à Málaga.
Romneya coulteri. Pavot du Mexique.

15 commentaires:

  1. Une très jolie publication qui donne envie de connaître davantage cette merveille région qu'est l'Andalousie et également celle de lire les ouvrages de Gérald Brenan.
    Un bel hommage.
    J'ai hâte de lire vos prochaines publications. Merci pour ces photos.
    Gros bisous à vous.

    RépondreSupprimer
  2. Un billet bien beau et intéressant...j'attends la suite!
    Al sur de Granada, si je n'ai pas lu le livre, le film m'avait enchantée. Le trailer sur Youtube: http://www.youtube.com/watch?v=MQQCDsx_knI
    Belle journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Colo, oui mai aussi, j´ai aimé le film.

      Supprimer
  3. ah ah un auteur inconnu et un livre inconnu c'est très bon tôt le matin

    RépondreSupprimer
  4. Oui Dominique, j´ai pensé que peut-être Gerald Brenan n´était pas très connu en France.

    RépondreSupprimer
  5. Merci pour ce billet ...
    Il m'en apprend des choses !
    Gros bisous Alba
    Marie-Ange

    RépondreSupprimer
  6. Pardon d'évoquer des souvenirs personnels, mais, quand j'avais 17 ans j'ai connu (en tout bien tout honneur, pas au sens biblique !!) un homme qui avait vingt ans de plus que moi. Il avait eu un grave accident de voiture et a passé son congé de convalescence en ma compagnie. Et, le croiras-tu, peu avant de reprendre le travail il a téléphoné à maman pour lui demander ma main ! non, on rêve !! et il s'agissait rien pour lui que de m'emmener vivre à Malaga !! Ce qui, à 17 ans, m'a semblé une idée insupportable et farfelue ... pourtant, j'irai peut-être un jour à Malaga admirer les merveilles dont tu nous parles !!

    RépondreSupprimer
  7. Tiens, tiens, nous avons quelque chose en commun, Michelaise : moi aussi mon premier amour était de Málaga.
    Curieuse coïncidence je viens juste de terminer Premier amour de Tourgueniev.
    Belle journée.

    RépondreSupprimer
  8. Tu me donnes envie de découvrir cet auteur. Je note son nom pour mes prochaines emplettes. Quant à Malaga, c'est un rêve de toujours que d'y aller faire un tour. Tu ne fais que le raviver. Merci.

    RépondreSupprimer
  9. A nouveau une belle promenade dans un pays que je connais si mal.... et même pas de premier amour de Malaga ! Vraiment nulle !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah Annie, je suis désolée pour toi mais je suis sûre que tu as connu un autre amour dans d´autres lieux aussi séduisants.
      Bonne journée.

      Supprimer
  10. Merci Armatia.
    J´espère que Gerald Brenan te plaira, son livre se lit très facilement et toi qui aime les pays méditerranéens, il te plaira sûrement.

    RépondreSupprimer
  11. De Malaga, je ne connais que le fameux raisin sec !!! Tu étoffes donc aujourd'hui mes connaissances de ce coin d'Espagne que j'espère visiter un jour !
    Et je n'ai encore rien lu de Gerald Brenan ! Merci pour ce billet !
    Bonne soirée
    A bientôt

    RépondreSupprimer