lundi 17 décembre 2012

Anthony van Dyck dans l´ombre de Rubens. Museo del Prado


Anthony van Dyck.
Etude de bras et mains.

Anthony van Dyck (Anvers 1599-Londres 1641), élève de Rubens avec qui il resta quelques années avant de partir en Italie en 1622.
Cette exposition retrace cette époque.
Tout en travaillant dans l´atelier de Rubens, Anthony van Dycke continuait à chercher son propre style, il réussira à l´imposer.
Il fut le portraitiste le plus influent de l´histoire de l´art en Europe.




Anthony van Dyck.
Musée d´Anvers.




Photo La vanguardia o ABC

Anthony van Dyck.
Apôtre.



Anthony van Dyck.
Famille avec un bébé.

J´aime ces trois regards.



Anthony van Dyck.
Détail. Isabelle Brandt
Washington. National Gallery.


Epouse de Rubens, Isabelle Brandt qu´il peignit avant de partir en Italie vers 1622.





Anthony van Dyck.
La mère et son enfant.

L´enfant ébahi, la mère curieuse semble interroger, les couleurs sont peu courantes mais magnifiques.



Anthony van Dyck.
Sileno ivre.


Sileno représente les effets négatifs de l´alcool et Bacchus, les effets positifs.




Anthony van Dyck
Autoportrait 1615
Musée Dresde.

Dans ce portrait, il démontre sa précocité artistique, un tableau plein de vie.

16 commentaires:

  1. Un génie... Merci pour ce partage. Une belle exposition.

    Gros bisous.

    RépondreSupprimer
  2. Un peintre que je connais mal mais que j'ai découvert il y a peu à travers une biographie de Rembrandt dont il fut pendant longtemps le "rival"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Intéressant, pourrais-tu me donner le titre de cette biographie et l´auteur ? Bonne journée

      Supprimer
  3. je suis contente de retrouver tes chroniques du Prado
    ce que tu nous présentes est magnifique
    je n'ai toujours pas eu le temps de t'écrire
    Merci pour ta carte mais je n'arrive pas à l'ouvrir!!!!
    A très vite

    RépondreSupprimer
  4. Le Prado, encore un lieu à découvrir...
    Merci pour cet aperçu,
    Bon mercredi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand tu voudras Enitram.
      Bonne semaine.

      Supprimer
  5. Si l'élève n'a pas dépassé le maître, il n'en fut pas loin...
    Le double portrait que tu présentes au début est magistral, tout comme l'autoportrait, vu l'âge de Van Dyck quand il l'a peint. Et le portrait d'Isabelle Brandt est débordant de vie, on dirait qu'elle va parler !
    Bises et bonnes fêtes de Noël, Alba

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet Tilia, j´aime ton opinion qui correspond à la mienne.
      Anthony van Dyck est mort très jeune, un handicap, quoiqu´il a peint il semblerait, quelques 700 tableaux.
      Pour moi je dirai Rubens l´Exubérant que j´admire et Anthony van Dyck l´élégant.
      Bonnes Fêtes.

      Supprimer
  6. Muy agradable esta pincelada que nos traes sobre este gran maestro.

    Procuraremos darnos una vuelta por Madrid antes del próximo marzo para visitar esta exposición del Prado.

    Saludos y que pases unas felices fiestas navideñas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Gracias a ti.
      Claro que si, no se puede perder esa exposición. Ya me contarás.
      Feliz Navidad.

      Supprimer
  7. quelle splendide exposition dis-moi, c'est vraiment du grand art Van Dyck, à la fois nerveux et magistral dans l'art du portrait ! Bonnes fêtes madrilènes Alba

    RépondreSupprimer
  8. Oui une exposition incontournable qui mérite notre visite. Bons moments ces jours de Fêtes.

    RépondreSupprimer
  9. Quel peintre! Merci, Alba et joyeux Noël à toi!

    RépondreSupprimer
  10. C'est une drôle de mode que cette frise. Histoire de garder la tête haute !

    RépondreSupprimer